vendredi 9 novembre 2007

147. Dutinzoni

Après des embrassades chaleureuses nous allons prendre notre avion. Il fait nuit. L'aeroport est plein de militaires, un peu à la "midnight express". ça fiche un brin les boules. On nous fouille plusieurs fois, on nous controle 10 fois le passeport avant de monter dans l'avion. Je repars le carnet de croquis plein, la tête remplie de souvenirs, le coeur gavé d'émotions. Moi qui était parti avec rien dans les poches... J'emporte aussi quelques mots de Sango que m'a apprit Tina: "Balao" bonjour, "merci mingui" ou "singila" merci, "Dutinzoni" au revoir (quand on part), "Gwenzoni" au revoir (quand on reste), "Ye ayeke ape" ça va bien, "Nzapa ayeke nzoni" Dieu est bon. Avant de partir j'ai bien pris soin de ne pas me badigeonner le corps de produit anti-moustiques (le "sans-moquito" comme dit Tina) puisqu'on part et qu'on les laisse là... Hélas, mauvais calcul, l'avion est plein de moustiques. J'arrive à Paris avec une dizaine de piqures. Plus que durant tout mon séjour.

2 commentaires:

benoaperou a dit…

Les aventures de Didjé dans la brousse...
passionant...

didier millotte - Illustrateur a dit…

Merci Benoit. Tu mesures bien quand même d'être quasi le seul à me mettre des commentaires... je suis heureux d'avoir 1 lecteur !